Actualités

[Note de position] Les réponses des Médecins Libéraux à l’engorgement des Services d’Urgences

21 novembre 2019
Toute l'actu


[Note de position] Les réponses des Médecins Libéraux
à l’engorgement des Services d’Urgences


La Conférence Nationale des URPS a réalisé une note de position, consacrée aux réponses des Médecins Libéraux à l’engorgement des Services d’Urgences, dont voici un extrait de l’avant-propos :


“Si en France, les services d’urgences accueillent 24 millions de patients par an, la médecine générale réalise quant à elle 300 millions d’actes annuels.

Celle-ci représente en conséquence, la première offre de soins du pays mais en dépit de cette réalité, elle n’est jamais associée aux réflexions stratégiques portant sur les politiques de santé.


Une consultation par jour chez chaque généraliste suffirait à désengorger les urgences !
À l’échelon national, régional ou local, toutes les études concordent.
La redistribution de l’ensemble de l’activité des services d’urgences hospitaliers sur la médecine générale libérale reviendrait à demander à chaque médecin généraliste libéral d’augmenter son activité quotidienne, au maximum d’un acte par jour !


Bien évidemment, parmi les patients accueillis dans les services d’urgences, une partie justifie pleinement le recours aux plateaux techniques hospitaliers et aux compétences de nos confrères urgentistes, dont nous tenons à saluer le professionnalisme et le dévouement.
Les études démontrent cependant qu’une grande partie de ces mêmes patients sont classés en CCMU 1 et 2 (patients stables) et pourraient tout à fait être pris en charge par la médecine libérale.
Les situations de crise dans les services d’urgences se succèdent et vont s’amplifiant au fil des années.
Elles font l’objet actuellement d’une forte médiatisation et elles ont conduit la ministre de la Santé à arrêter un ensemble de mesures pour tenter d’y mettre fin, regroupées dans le “Pacte de Refondation des Urgences”.


C’est l’occasion pour nous, médecins libéraux :
1° de produire notre propre diagnostic sur les raisons qui ont conduit à cet afflux immaîtrisé aux services d’urgences ;
2° de reprendre les principales mesures annoncées par la ministre, en procédant à une analyse critique de chacune d’entre elles ;
3° et enfin, de formuler des propositions qui s’appuient sur notre expérience ainsi que sur notre connaissance du système de soins et qui, prises globalement, seront de nature à réduire significativement l’engorgement croissant des urgences.” (…)



Télécharger cette note de position de la CN URPS en intégralité

Le reste de l'actu